La poterie à Nesmy

La Poterie de Nesmy

 

2016-10-07_poterie_de_nesmy-fr_fresque_vendee_lr_copyrightsreserved_

Le site de La Poterie de Nesmy, ses poteries, sur le site touristique de La Vendée, sur le site de l’Office du Tourisme de La Roche sur Yon Agglomération.

 

Photos octobre 2016 :

Le Poulpican et vues sur les ateliers, la boutique :   2016-10-25_la-poterie-de-nesmy_poulpican_photos_patrimoine_vivant_72_poteriedenesmycom_

2016-10-25_la-poterie-de-nesmy_moulage_imagesca307xpc_poteriedenesmycom_lr_

2016-10-25_la-poterie-de-nesmy_pots_2016_images-_yfe_poteriedenesmycom_lr_

2016-10-25_la-poterie-de-nesmy_exposition_imagesfhbuti_poteriedenesmycom_lr_

 


Et pour archives :

 

 

La Poterie Artisanale de Nesmy

Il existe à Nesmy une longue tradition de travail de l’argile, que ce soit les tuileries, les carrelages, les poteries.

 

2016-02-25_poterie_de_nesmy_inauguration_mairie_nesmy-fr_

 

 

Voici ci-après un texte qui explique le travail artisanal au travers de l’histoire de la Vieille Poterie de Nesmy.

Plus d’informations également sur le site La Vieille Poterie de Nesmy.

 

 

Avant le texte explicatif ci-après, une vidéo de La Poterie de Nesmy sur le site suivant :

Les 150 ans de la Poterie de Nesmy (Vendée)

 

 

 

L’ARGILE

L’argile est le résidu de la décomposition des roches feldspathiques. C’est un banc de pareilles roches, situé entre les communes de NESMY et de CHAILLE-sous-les-ORMEAUX, qui au cours de millions d’années s’est tellement transformé en dépôt d’argile sous l’influence de l’eau, de l’acide carbonique et aussi probablement du fluor.

On le connaît géologiquement sous le nom de  » Plateau pourri de Chaillé-sous-les-Ormeaux « . Il mesure plusieurs kilomètres de longueur sur quelques milliers de mètres de largeur, le long de la rive droite de l’Yon.

Morcelé par l’érosion, les dépôts atteignent parfois 7 à 8 mètres d’épaisseur. L’oxyde de fer colore en gris bleu les couches profondes. Hyperoxydé (Fe2O3), il teinte en rouge les couches superficielles. La composition de cette argile (analyse chimique) donne en moyenne 18 % d’alumine, 69 % de silice, 5 % d’oxyde de fer et 1,19 % d’oxyde de titane. On y trouve également des fondants : potasse, soude, chaux, magnésie, ainsi que des matières organiques.

Il est facile de comprendre que l’existence de ce banc d’argile, d’excellente qualité et facilement accessible, a fixé depuis des temps très anciens de nombreux potiers (la pièce retrouvée la plus ancienne est le célèbre Petit Cheval de NESMY, datant de la deuxième période de l’âge de fer !).

Leur histoire est une longue histoire d’hommes dans un contexte d’événements qui les dépassaient bien souvent.

LA FILIATION AVEC LA TRADITION

La Conquête Romaine (J.C. Crassus, lieutenant de CESAR, était arrivé en Aquitaine en 56 avant notre ère) et les Colons qu’elle amenait avec elle provoquèrent un raffinement de la technique rudimentaire employée pour la fabrication des poteries. On construit de nouveaux fours dans lesquels se cuisaient aussi des objets d’origine Gauloise : ponnes, buyes, tasses, moques, etc., et surtout des tuiles qui vont recouvrir les villas romaines (villas de la Braudière).

Cette époque romaine dura cinq siècles environ. Puis sous la poussée des peuples dits  » Barbares  » (les Wisigoths), le général romain Honorius leur abandonna  » l’Aquitaine  » (dont notre pays faisait partie).

LE MOYEN AGE

C’est en 1200 que les seigneurs de la Vergne-Greffault bâtissent leur château à la Vergne, petit village sympathique de NESMY, tout près du gisement d’argile. Un de leurs descendants favorise les potiers qui pour l’usage du four devaient fournir à date fixe des redevances en nature (des poteries). On sait par exemple que le premier juin 1278 les potiers devaient porter au seigneur de la Mothe-Frelon, allié des seigneurs de la Vergne-Greffault, une buye (cruche), une ponne bien godronnée (cuvier à lessive) et divers autres ustensiles.

En 1642, protestants et catholiques se battent au château de la Vergne. Les chroniques nous apprennent qu’en 1756, à la Vergne, on fabriquait une faïence dont la terre était aussi résistante au feu que celle de Rouen, mais ce sont des produits grossiers revêtus d’un émail noirâtre. En 1772, Maître Guillaume est faïencier au château de la Vergne, à NESMY. Ce château va bientôt (de 1789 à 1895) disparaître sans laisser grandes traces, démoli qu’il fut au profit des constructions d’usage courant voisines.

LES TEMPS DITS MODERNES

En 1857, un potier de la Vergne, Monsieur Pierre Boisson, va s’établir dans le bourg de NESMY. Il construisit le premier four (ruine du four rond) ainsi qu’un petit atelier au lieu-dit  » Champ de la Croix « . Il meurt en avril 1867 et ses enfants vendent la poterie à Aimé Charpentreau. En juillet 1902, celui-ci cède à son tour la poterie à son gendre Raphaël Auguin. Celui-ci disparaît en 1944. Son épouse lui succède. En 1960, décès de Madame Auguin. Un de ses petits-fils, ouvrier déjà dans la poterie, lui succède. Et en 1989, Michel Charpentreau prend sa retraite et laisse la succession à son fils Bruno.

Entre-temps, la poterie s’était développée, les ateliers et fours successifs s’adossant au petit atelier du potier Boisson, se bâtissent d’ouest en est et face au midi. En 1857, un potier de la Vergne, Monsieur Pierre Boisson, va s’établir dans le bourg de NESMY. Il construisit le premier four (ruine du four rond) ainsi qu’un petit atelier au lieu-dit  » Champ de la Croix « . Il meurt en avril 1867 et ses enfants vendent la poterie à Aimé Charpentreau. En juillet 1902, celui-ci cède à son tour la poterie à son gendre Raphaël Auguin. Celui-ci disparaît en 1944. Son épouse lui succède. En 1960, décès de Madame Auguin. Un de ses petits-fils, ouvrier déjà dans la poterie, lui succède. Et en 1989, Michel Charpentreau prend sa retraite et laisse la succession à son fils Bruno.

Entre-temps, la poterie s’était développée, les ateliers et fours successifs s’adossant au petit atelier du potier Boisson, se bâtissent d’ouest en est et face au midi.

Art et Technique de la Poterie de Nesmy

Après une fabrication de pièces purement utilitaires et tout en conservant bien des formes issues de cette tradition, la production s’est enrichie de nombreux objets crées ou non.

La spécialité de la Poterie de NESMY est la fabrication d’une faïence tournée et garnie comme autrefois à la main, faïence originale souvent agrémentée d’un décor simple exécuté au pinceau.

La pâte est à base d’argile de Chaillé-sous-les-Ormeaux. Séchée et broyée, elle est d’abord délayée et tamisée. On élimine ainsi toutes les impuretés. Profitant de ce délayage, on incorpore à l’argile des produits naturels améliorant la plasticité, le séchage futur des pièces ou l’accord de dilatation avec l’émail qui les recouvrira par la suite. Puis la pâte est raffermie soit en bassins, soit mécaniquement à l’aide d’un filtre-presse.

Un jour vient où le tourneur s’empare de cette argile affinée et après un dernier pétrissage manuel, il en tire des boules qui sur le tour deviendront des vases, pichets, plats, cendriers, etc. ou qui après déformations ou garnissages deviendront des choses  » artistiques  » ou  » architecturales  » sous la pression de ses doigts habiles. Vieux comme le monde (les Egyptiens et les Chinois connaissaient le tour depuis longtemps), ce métier de tourneur n’a que peu évolué. Ce sont toujours les mêmes positions des mains qui guident la glaise et façonnent la poterie. Ce sont toujours ces différentes positions que l’apprenti doit apprendre à connaître, au long de ses trois années d’apprentissage.

Ces tours autrefois mus à bras, au bâton ou au pied, sont maintenant à entraînement mécanique.

Lorsque le tourneur a terminé ses pièces, celles-ci vont au séchage (il est nécessaire de les sécher à cœur sinon elles éclateraient à la cuisson). Elles sont cuites une première fois à 1000 degrés Celsius environ dans un four à gaz. Défournées, l’émailleur va les recouvrir d’émail, et le décorateur au pinceau y exécutera les décors nécessaires. Une deuxième cuisson fondra et l’émail et le décor, et leur donnera leur aspect définitif.

Deux fours sont actuellement en activité, l’un au gaz propane assure les cuissons faïences, l’autre du type Sèvres à deux foyers est chauffé au bois et assure une petite production de grès à 1300 degrés. La poterie de NESMY a connu bien des vicissitudes. Déjà en 1920, une première récession avait provoqué une mévente telle que les greniers étaient pleins à craquer. De plus, l’arrivée sur le marché de faïence blanche industrielle ruina la production du  » Caillou « , sorte de faïence brune extérieurement avec un émail blanc intérieur et qui était cuite dans un grand four rectangulaire (four existant encore à l’état de ruines).

La faïence de NESMY est toujours fabriquée avec de l’argile de Chaillé-sous-les-Ormeaux, la commune voisine de NESMY.

Lorsque l’on achète une pièce, il est clair que l’on est sûr de s’offrir ou d’offrir à ses amis un peu du terroir de la VENDEE.

Les ateliers se visitent sans problème, y compris le procédé de fabrication qui est toujours le tournage main.

Pour l’usage quotidien, une belle poterie est tellement plus agréable. Les collectionneurs en possèdent forcément aussi, ainsi que les touristes qui sont invités à faire le détour à NESMY.

 

 

Sources : Copyrights reserved, Les textes sont propriétés de La Poterie de NESMY -F 85310).

 

2016-01-07_poterie_de_nesmy_pot_1998_vendee_nesmy-fr_

 

 

La Vieille Poterie de Nesmy (1857 – 2007) a 150 ans en 2007 !

 

Des portes ouvertes exceptionnelles avec animations et expositions ont eu lieu régulièrement mais la Poterie est ouverte en permanence :

 

Horaires d’ouverture :

Visite et vente de la faïence décorée par l’Artisan potier :

– dimanche et lundi : 14h30 – 18h30,

– du mardi au samedi : 10h00 – 12h00 et 14h00 – 18h30,

– fermée les trois premiers dimanches d’octobre.

 

LA VIEILLE POTERIE DE NESMY 1857

23 RUE GEORGES CLEMENCEAU

85310 NESMY

 

Fondée en 1857, la fameuse Poterie de Nesmy, à l’emblème de la Petite Fleur de Nesmy sur la faïence, est une entreprise familiale pluri-générationnelle avec Raphaëlle, décoratrice, petite fille de Michel et fille de Bruno Charpentreau.

 

Autres infos sur ces œuvres d’art, de loisirs et de patrimoine, ici sur La Poterie de Nesmy.