L’Histoire de Nesmy

Historique

NESMY aurait existé 5000 ans avant Jésus-Christ.

Le nom celte de Jarrie (un village de Nesmy), se situe à cette même époque.

 

 

Vers le 4ème siècle fut construit à la place d’un vieux sanctuaire druidique un petit temple chrétien. Là même ou se dresse l’église actuelle, il devait y avoir le chœur la chapelle de l’apôtre St Barthélémy.

Au 9ème siècle pèse la menace des Normands.

Aussi un souterrain est creusé dont l’entrée se situait sous une pseudo pierre tombale. A l’intérieur de ses couloirs, des chicanes auraient permis d’arrêter d’éventuels assaillants. Au bout de ces galeries s’ouvre une chambre à pilier central qui pouvait servir à une messe de catacombe.

En 1120, le Seigneur de NESMY s’appelle Hugues BOLLIAC. Depuis 60 ans seulement alors, les curés de NESMY sont des moines de l’Abbaye Sainte Croix de Talmont.

Du 12ème au 15ème siècle les familles ancêtres des de Tinguy sont représentées au panneau sud du chœur avec les De Ste Flaive et De Chabot.

Au 15ème siècle un blason des fonts baptismaux représente les De BUOR.

Au 16ème siècle fut installée la grosse cloche de 793 kg ; son bronze initial est de l’année 1515.

1568 : Les guerres de religions font rage dans la région. L’église avec sa voûte en bois est incendiée le 15 mars de cette année.

17ème siècle : 2 statues de St Pierre et St Paul taillées par un artiste inconnu dans le tronc d’un même chêne sont fixées de chaque côté du chœur, elles sont classées par les beaux-arts.

Le 18ème siècle est marqué par les  » DE TINGUY “. Une pierre tombale de 1745 devant les fonts baptismaux porte l’inscription “CI-GIT le corps de haut et puissant Pierre-Benjamin TINGUY chevalier et Seigneur de NESMY” (Le reste est illisible) mais on sait la date par les registres : 16 février 1745.

1794 : Le pire moment de la révolution : l’église brûle de nouveau le 28 mars. Ce jour-là plus de 200 habitants sont massacrés dans le bourg.

En 1871 – Le chemin de fer arrive à Nesmy.

19ème siècle : La Domangère devint influente grâce aux De La VOYRIE, De PONSAY. On leur doit un 1er aménagement des nombreux chemins de NESMY. Les vitraux des fonts baptismaux de l’église reproduisent les blasons de ces familles.

En 1923 et en 1925 les chapiteaux sculptés à cette époque racontent eux aussi un peu de l’histoire du 20ème siècle, car deux d’entre eux sont le portrait de M. de MONTI, qui fut Maire de 1911 à 1920 puis de 1929 à 1941 et mourut le 9 mai 1946, et de M. L’Abbé CHARDONNEAU curé de 1912 à 1929 décédé en 1935 à AIZENAY, mais enterré au cimetière de NESMY.

1922 : Le Monument aux Morts rappelle le souvenir tragique des 63 tués de 1914 – 1918 auxquels s’ajouteront ceux de la guerre 39 – 45, d’Indochine et d’Algérie.

1970 : Une nouvelle route de La Roche sur Yon à NESMY, au lieu-dit “Brancaire”, évite les tournants compliqués.

Le nouveau pont de Rambourg remplace la passerelle en bois de 1894, le gué est toujours disponible et attractif pour les chevaux, V.T.T., et … voitures.

1970 – 2004 : Aménagement de nombreux lotissements. La population augmente et passe de 1 300 à plus de 2 341 habitants. Le centre bourg est complètement redessiné par une nouvelle voie avec un seul virage au lieu de trois, et un immeuble est construit pour regrouper des commerces. L’aménagement de la place publique en 2004 et la construction de la future Mairie sont en cours.

 

 

 

 

 

 

 

Sources bibliographiques

Le livre le plus connu sur Nesmy est le suivant :

NESMY Au Cours Des Siècles,

par l’Abbé Clément SIREAU, Curé de NESMY (1929 – 1956),

et le même ouvrage a été mis à jour, lors d’une deuxième édition, par Monsieur l’Abbé André BOUCHET (1983).

 

 

 

 

Une Commune unique

Au niveau mondial,

Nesmy est la seule Commune qui porte ce nom

 

 

 

 

Les homonymes

Auteur / Titre / Date / Editeur

Jean Nesmy / L’Ivraie / ? / Librairie OLLENDORFF, Paris, Collection Le Roman des Provinces de France.

Jean Nesmy / Le Roman de la Forêt / 1913 / Bibliothèque PLON

Jean Nesmy & Dom Claude / La vie monastique de Saint Benoît / 1959 / Éditions du Seuil, Collection Les Maîtres Spirituels

René Bazin / La terre qui meurt / 1930 / Hachette

Nesmy est un des personnages centraux de ce magnifique roman.

 

 

 

 

Etymologie

L’origine étymologique de NESMY pourrait provenir :

soit de NESMILIUM ou NEMET : nom latin d’un sanctuaire construit à l’emplacement de l’église actuelle de NESMY ;

Soit de NEMESIS, Déesse de la justice et de la vengeance, qui aurait habité les étangs du Château de NESMY.